Musette – Jean-Luc Matte – 02/03/2017

Je vous avais entretenu du premieKV Express « Luna » il y a 10 ans déjà et, après un second album trois plus tard (1) il aura donc fallu attendre sept ans pour ce troisième volume car, entre temps Sophie Cavez s’est davantage investie dans d’autre projets. En relisant ce que j’avais écris à propos du premier, je constate que le projet est resté fidèle à lui même : ne vous méprenez pas à la vue des sept noms de musiciens: il ne s’agit pas d’un groupe mais d’une soliste, appuyée au besoin par un percussioniste (Jo Zanders) et invitant divers musiciens de renom à l’accompagner sur l’une ou l’autre plage. L’album se présente donc surtout comme une suite de duos et les fans de Karim Baggili, Grégory Jolivet, Didier François ou Julien Padovani pourront être déçus de ne les entendre que sur un plage chacun (2) et ce d’autant que, jouant le jeu du duo, ils ne font pas étalage de virtuosité personnelle. Le passage du Oud à la vielle en passant par le nickelharpa ou le clavier pourrait produire un album hétéroclite type catalogue, mais le style de Sophie Cavez aussi bien pour le jeu (beau toucher) que pour les compositions, donne à tout cela une belle homogénéïté. Elle assure également des plages en solo ou juste accompagnée par Jo Zanders, mais il s’agit parfois plutôt de duo d’accordéon car si j’ai commencé par trouver qu’elle avait une belle indépendance des mains, j’ai fini par admettre que celle-ci ne devait parfois être permise que par un double enregistrement ; mais le résultat est là….

Je ne sais pas si, en dehors de la « Valse Padeau » ou de la « Polska des Pineau », des noms danses sont mentionnées sur la tracklist (je n’ai pas la pochette) mais le style de Sophie est manifestement forgé par le jeu en bal et comme elle sait préserver malgré tout une certaine sensibilité le résultat est très agréable à écouter.

 
(1) l’album D-Sensation que je n’avais pas vu passer, de même qu’ensuite ceux du duo Cavez-Montanaro, le quartet d’accordéons Knopf Quartet ou le trio Jeff Caresse. Ce n’est pas par choix que je vous parle de tel album et pas de tel autre : cela dépend simplement des éditeurs ou musiciens qui me les font parvenir ou pas.

(2) La dernière invitée est l’artiste multidisciplinaire contemporaine Fabiola Fernandes que je n’ai pas placée dans la même liste car à priori peu connue dans notre milieu. Son intervention chantée sans paroles n’est pas vraiment ma tasse de thé mais ce n’est qu’une question de goût..Pas facile de trouver des infos sur elle sur le net car elle porte le même nom qu’une marque de maillots de bains brésiliens qui monopolise les résultats des recherches et le site Homerecords nous apprend que  » Ses principaux sujets de recherche sont la réincidence non chorégraphiée des modèles d’expression, la composition en temps réel, les accessoires faisant le croisement entre la scénographie avec des interventions éphémères dans l’espace et l’impression expérimentale performative comme un moyen d’enregistrer une performance en direct » ce qui ne nous renseigne guère davantage….

 


http://musette.free.fr/infos.htm

Mot clé :
%d blogueurs aiment cette page :