Musette – Jean-Luc Matte

Si je vous répète quasi à chaque chronique que les albums produits par Homerecords sont inclassables (et c’est une des raisons parmi d’autres qui les rend d’autant plus intéressants…) celui-ci se rattacherait plutôt plus ou moins à trois étiquettes différentes selon les plages : il débute et finit avec des couleurs résolument africaines : appel façon djembé, polyphonies qui me font penser à celles d’Afrique du sud… mais avec des sonorités occidentalisées (1). Il y a également un beau solo de djembé au milieu de l’album. Deux plages chantées en français se raccrochent davantage à un certain style de chanson française actuelle et je dois avouer que ce sont celles qui me touchent le moins. Et tout le reste qui constitue la matière principale de l’album est dans le registre blues, avec la voix de Désiré Ntemere qui a ce qu’il faut de grain et des intonations dont la sincérité vous touche même sans comprendre les textes, cela sur fond d’harmonica (2), de piano et de percussions (entre batterie et percus africaines) qui savent ne pas envahir l’espace. Je ne ferai pas semblant de m’y connaître en blues, mais celui-ci s’écoute résolument bien… Vous l’aurez compris, cet album essaye de refaire le pont entre le blues et ses racines africaines, avec quelques influences belges (le chanteur est du Burundi, le percussioniste Kankan Bayo doit être mandingue et les deux autres musiciens belges). Je ne sais pas si le pont est vraiment établi mais en tout cas les piliers sont solides.

(1) bon d’accord, l’Afrique n’est pas plus à l’orient que l’Europe….

(2) harmonica joué par une femme mordue et pro de l’instrument ,ce qui n’est pas courant : Geneviève Dartefeuille qui manie également le didjeridoo sur cet album. Le piano est aux mains de Renaud Patigny qui manie également le balafon.

Mot clé :
%d blogueurs aiment cette page :