fbpx
10 septembre 2004

Rif Raf – François Brabant

Rif Raf Novembre 2004.

Le saviez-vous ? PPz30, c’est l’appellation technique du ciment.

Il est exact que le groupe a de la consistance, mais à Génies en herbe, on aurait plutôt misé sur de la nitroglycérine, ou de la sulfate de machinchose, bref un truc explosif. Car PPz30 est un groupe qui fait parler la poudre – qui l’ignorait ? Fils spirituels de la Grosse Bertha, les musiciens ne font pas dans la dentelle : ils tirent sur tout ce qui bouge.

Métaphoriquement parlant, cela donne un bulldozer avec le feu aux trousses, du red bull dans le moteur et un conducteur épileptique qui aurait bouffé du lion. Bref, comme dit ma voisine du dessous, dont les avis sont toujours pénétrants, « c’est pas de la musique, c’est du bruit ».

Cinquième album du groupe, « Duck my sick » révèle d’ailleurs un sextet toujours aussi surexcité et loufoque. L’usage de la folie est massif et habile. Côté production, c’est encore plus …professionnel (eh oui) que l’album précédent, le bien nommé « Beautifuel ».

Aucune raison, donc, de bouder le hardcore-ragga-funk-fusion-groovy-dynamite de PPz30, à part peut-être la crainte des migraines. Reste toutefois une impression difficile à dissiper : les huit morceaux ne seraient-ils pas un rien répétitifs ?

François Brabant.

Mot clé :
%d blogueurs aiment cette page :