[RELEASE] Soolmaan Quartet

Albums

Fils d’une famille de voyageurs, Tristan Driessens (°1982) passe une grande partie de sa jeunesse en voyageant à travers l’Europe du Sud, où il découvre le ‘ûd par l’intermédiaire de la musique sépharade et arabo-andalouse. En 2011, lorsqu’il termine sa formation musicale à Istanbul, il fonde l’Ensemble Lâmekân, qui établit rapidement une solide réputation dans le domaine de la musique savante turque. A côté de cela, il multiplie ses références au sein d’un large éventail de projets artistiques, de la musique traditionelle et balkanique (Nathan Daems Karsilama Quintet, Tcha Limberger) à la musique orientale (Refugees for Refugees, Rafik El Maai) en passant par la musique contemporaine (Pascale Dusapin, Wim Hendricks, Mathias Coppens).

 

A propos de la création du Soolmaan Quartet, Tristan Driessens raconte : De nos jours, un artiste est un nomade. Il est mené à se forger une identité éclectique au contact d’une réalité où se rencontrent sans arrêt de multiples langages et modes d’expressions. Tout en restant fidèle à mes points de repères musicaux, à savoir ceux qui m’ont été donné par mes maîtres, j’ai eu envie de créer cet espace, un peu hors du temps, où l’on danse librement. Au sein du Soolmaan Quatuor, cet « espace » est propice à une musique riche et inspirée, comme en témoigne leur premier album qui sortira chez Homerecords en novembre prochain. Les compositions de Tristan Driessens, d’une clarté mélodique éclatante, portent les marques du makam arabo-turc, la musique classique et le jazz modal, avec l’improvisation comme lien puissant.

 

Le Quatuor Soolmaan réunit quatre musiciens venus d’horizons différents. De formation classique, la violoncelliste Léa Besancon a développé une passion pour la musique arabe. Très sollicitée, elle travaille entre autres avec Rafik El Maai (musique arabo-andalouse) et l’ensemble Mesopotamie (musique classique arabe). Quand il s’agit d’unir le jazz et la musique de l’Est, le saxophoniste Nathan Daems n’a pas son égal. Il est à la tête de groupe à succès comme Blackflower et Ragini Trio. Robbe Kieckens maîtrise une grande série d’instruments de percussion, du bendir et tombak iraniens aux congas cubaines. Il joue entre autres dans Lâmekân Ensemble et Compro Oro.

%d blogueurs aiment cette page :