Adrien Lambinet
Autre(s) album(s) : , 13, chemin des mandarines , klezming pool , Point d'issue , Vitamine K , Ici Maintenant là Pouf ! , BBB , Trust in time , Eredità

Né le 20 avril 1979
Résidence : Liège
Instrument : trombone, tuba, chant, effets électroniques
Formation : Diplôme Supérieur Conservatoire Royal
Style musical : Classique, musique contemporaine, jazz, musique électronique, klezmer, balkans, musique latine

Projets en cours :
Quark (www.quarkband.com), Klezmic-Zirkus (www.klezmic-zirkus.be), Orlinka, Musiques Nouvelles (www.musiquesnouvelles.com), Vivo (www.garrettlist.com)

Au cours de son cursus classique, Adrien rencontre de fortes personnalités qui vont marquer sa manière de voir la musique. D'abord Jean-Pierre Peuvion qui lui fait découvrir la musique contemporaine, puis Michel Massot et surtout Garrett List, improvisateur, qui va le mettre en quête d'une énergie et d'une vie permanente à travers la musique, quel que soit son genre.
La musique contemporaine, il aura l'occasion de la travailler avec l'ensemble Ictus, puis Musiques Nouvelles.
Avec sa compagne la clarinettiste Aurélie Charneux, il crée un véritable laboratoire des musiques vivantes, d'abord avec le duo Abysses, puis la fanfare de Rue Crac Boum Rue, et surtout grâce au groupe Klezmic Zirkus (3 albums, près de 200 concerts)
Il découvre aussi l'art de mélanger musique et théâtre, grâce au spectacle du théâtre Maât Le Saut de L'ange (+ de 150 représentations dont Canada, Pays de Galles, Pologne,...) (http://www.theatremaat.com/ange.php), au sein duquel il tient un rôle de comédien-musicien.
Puis en 2009 c'est la compagnie de cirque Feria Musica qui l'entraîne dans sa nouvelle création Infundibulum, sur une musique d'Olivier Thomas laissant la part belle à l'improvisation.
Dans une constante recherche d'expressivité à travers son instrument, il ajoute à son trombone des effets électroniques. Après quelques années de laboratoire et de composition, il forme le groupe Quark avec le batteur Alain Deval. Ce projet est le premier ou il est leader-compositeur, bien qu'Alain Deval aie toute la liberté pour amener ses idées et sa conception des ambiances électroniques.
« Le travail initial que j’ai mené sur la musique improvisée m’a permis de prendre conscience de la musique en tant que matière. En tant qu’énergie aussi, qui permet l’échange entre les interprètes et les auditeurs.
Ensuite, la musique électronique est un outil supplémentaire pour aller fouiller encore plus à l’intérieur du son, en son cœur et sa structure physique, tout en veillant à ce que ce travail ne soit qu'un outil de plus qui serve la musique, et qui permette de susciter des émotions.
Enfin, créer une musique sur un travail scénique (cirque, théâtre, vidéo,...) donne une dimension supplémentaire évidente à la musique, la cadre tout en la nourrissant. Cela me passionne et cadre magnifiquement bien cette recherche sonore et musicale déjà évoquée.»